En ce moment à la galerie de Paris :
 

A propos de l'exposition


En ce moment à la galerie en Bourgogne :
 

A propos de l'exposition

Joëlle Kem Lika
Joëlle Kem Lika

English

Galeries Joëlle Kem Lika

Créées en février 2010 à Paris,
en mars 2007, en Bourgogne
et en juillet 2009, en Aquitaine, devenue atelier avec visite sur rendez-vous.

J’ai été psy pendant 25 ans jusqu’en septembre 2006, et j’ai démarré ma carrière professionnelle en peinture à ce moment-là. J’ai tout de suite eu envie de créer ma propre galerie pour être libre. J’ai commencé par aménager une de mes granges… J’aime les pierres et le mélange des matériaux : verre, bois, pierre… luminaires très contemporains. Mes visiteurs adorent, après l’effet de surprise, découvrir ce lieu, une galerie d‘art de ce style en plein village de campagne.
Ensuite j’ai acheté l’ancien café du village et créé une galerie avec le même état d’esprit :
un gros mélange de contemporain et d’ancien, respect du style du bâtiment, avec des pierres, de vieux matériaux… des espaces différents, un espace d’exposition pour les enfants : toutes les œuvres sont à la hauteur de leurs yeux... un espace pour les aquarelles, les encres..
Les visites sont souvent joyeuses, et pleines de vie.
J’ai appelé mes galeries « La Lila » dans un premier temps, en référence à la pulsion de vie que je crois vivre en chaque être humain, universelle.
Je veux donner ce sens à ma peinture : témoigner sans cesse, par les thèmes que j’aime travailler, de cette pulsion de vie, dans tout ce qui est vivant sur notre planète : eau, air, fleurs, océan, vagues, et comme j’aime la peinture abstraite, j’ai choisi de travailler l’abstrait par les jeux de lumière du soleil dans l’eau, le ciel…
Ne pas faire des tâches pour des tâches mais jouer avec la beauté des reflets, de l’eau…
Je garde comme une clé d’entrée, une suggestion figurative qui permet d’entrer en contemplation et de « voyager » dans les couleurs, le regard saute d’une perspective à l’autre, d’une nuance à l’autre.
Rappeler la beauté de la planète, rappeler que nous sommes vivants et pouvons tout changer.
J’aime peindre les femmes et rappeler par le choix de mon titre « Les Intouchables » la condition quasi planétaire de la femme, dans une caste d’intouchables, mais aussi je voudrais briser les frontières, j’ai peint des femmes blanches, connues, modèles de grands peintres, avec une peau noire, ces femmes européennes tatouées comme des océaniennes… réinterpréter en tant que femme peintre des chefs d’œuvre peints par des hommes.

A Paris, c’est une petite galerie en plein quartier vivant : le quartier Montorgueil,
un ovni dans ce quartier de Paris ! je propose tous mes thèmes de prédilection, je change très souvent,… et dernièrement, j’ai eu l’idée de proposer une « conversation entre une peintre et un photographe » sur un même thème sans concertation…
Amusant et intéressant, cela fonctionne vraiment et permet des échanges intéressants avec les visiteurs, surpris par ce dialogue artistique, vivant, et simple.
L’Art accessible et joyeux. Une ressource émotionnelle pour les personnes qui regardent.

©Copyright : Tous textes et images protégés par le droit d'auteur | Mentions légales